Tennis. Le dernier grand chelem de Xavier de la Fouchardière

Évincé du secrétariat général de la Ligue des Pays de la Loire de tennis, le Pornichétin de 76 ans se lance dans la course à la FFT aux côtés du candidat Bernard Giudicelli.

11/01/2017 à 10:16 par Simon

Xavier de la Fouchardière
Xavier de la Fouchardière

Si une opération du genou subie il y a un an l’empêche désormais de fouler les terres battues du Sporting, raquette en main, Xavier de la Fouchardière dispute un tout autre genre de match depuis quelques semaines.

L’ancien président de La Baule tennis-club (1999-2013), passé ensuite au secrétariat général de la Ligue des Pays de la Loire, a décidé de peser dans l’élection à la présidence de la Fédération française (le 18 février) en roulant pour le favori Bernard Guidicelli, et sa liste « France Tennis ».

« Projet novateur »

C’est un leader taillé pour la FFT. Son projet est beaucoup plus novateur et adapté pour sortir la fédération de son schéma actuel. Il faut remettre les clubs au cœur du développement, les aider à se moderniser et, surtout, attirer du monde, puisqu’on perd des licenciés depuis quelques années.

Un soutien qui n’a pas manqué de provoquer un pataquès au sein de la Ligue régionale puisque son président, Patrick Guérin, soutient ouvertement Jean-Pierre Dartevelle, le principal opposant à Giudicelli. Un président qui a provoqué la démission de son second en demandant un vote de confiance le 17 décembre 2016. « Une éviction purement politique », s’insurge Xavier de La Fouchardière qui reste tout de même membre du comité directeur jusqu’aux élections « régionales » de 2018.

Pas question de disparaître des écrans radar de la planète tennis pour un homme qui aime occuper le devant de la scène. Après avoir mitonné l’organisation des Championnats de France de beach-tennis dans la baie (de 2013 à 2016), mais aussi les Championnats du monde seniors + de tennis en 2015, « XDLF » ne voulait pas rester les bras croisés.

Des présidents d’autres Ligues sont venus me chercher il y a un an pour soutenir la liste France tennis. Je ne m’y attendais pas, mais c’est flatteur. J’ai encore l’enthousiasme et l’envie de me rendre utile.

À quoi justement ? Bonne question. « On ne m’a rien promis et je n’ai rien négocié. Si je suis élu à la Fédé (50 personnes, 18 au comité directeur et 32 au conseil de surveillance, NDLR), c’est pour travailler, remplir une mission ».

Le Pornichétin se verrait bien intégrer une commission « seniors + » ou « défense de la terre battue », deux de ses dadas favoris.

Délégués le 14 janvier

Bien évidemment, une rencontre n’est jamais pliée tant que la balle de match n’est pas gagnée. Pour se retrouver en position de pouvoir choisir son favori, Xavier de la Fouchardière devra franchir le premier tour, le 14 janvier : l’élection des trois délégués de la Ligue, sorte de « grands électeurs » qui auront droit de participer au vote fédéral en février.

Et ne lui parlez pas de son âge, un faux débat ! « Être élu à la FFT, c’est trois à quatre allers-retours par mois à Paris. Avec le TGV, ça se fait bien. C’est même moins fatigant que de rentrer d’une réunion à Angers en voiture à une heure du matin », rétorque le Pornichétin. En cas d’échec, Xavier de la Fouchardière terminera tranquillement son mandat à la Ligue des Pays de la Loire. « Après j’arrête, c’est sûr ! ».

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter