Saint-Nazaire 10 000 € pour sauver les cafés Sary

Les cafés Sary font figure de précurseurs. Le commerce est le premier à Saint-Nazaire à lancer une campagne de financement participatif. Objectif: sortir la tête de l'eau.

13/03/2017 à 09:13 par coraliedurand

Associés depuis six ans, Jean-Paul Charpin (à gauche) et Patrice Cornet (à droite) veulent sauver leur boutique -
Associés depuis six ans, Jean-Paul Charpin (à gauche) et Patrice Cornet (à droite) veulent sauver leur boutique -

La maison Sary, enseigne nazairienne vieille de 55 ans, a connu ces derniers mois des temps difficiles.

Patrice Cornet a repris l’affaire en 2010.

Dès le départ, le gérant encaisse les coups durs.

J’ai découvert, à la fin du mois d’août 2011, que mon associé de l’époque avait détourné plus de 100 000 €. Il a été condamné, mais, ayant organisé son insolvabilité, il n’a jamais rien remboursé.

La même année, le torréfacteur (appareil servant à produire du café) s’enflamme dans la boutique. Patrice Cornet devra dépenser 20 000 € dans les réparations.

Toujours plus rentable que de s’en procurer un neuf qui vaut entre 60 000 et 80 000 euros

Patrice Cornet recrute un nouvel associé : Jean-Paul Charpin, et l’activité continue jusqu’au lancement du chantier d’aménagement de la voie Hélyce, avenue de la République.

18 mois de travaux devant notre porte,

Le commerce rendu pratiquement inaccessible perd une partie de sa clientèle :

une baisse de la fréquentation de plus de 50 %, soit une perte d’exploitation de 40 000 € .

Les cafés Sary déménagent en mars 2016 dans un local de 80 m2 place des Martyrs,

pour se rapprocher du centre-ville et payer moins cher de loyer.

Entre la hausse du prix du café et la chute de celui du panier moyen, « depuis, on résiste », confie Patrice Cornet.

L’emplacement de notre magasin est meilleur, nous avons un peu plus de clients, mais nous manquons de trésorerie pour booster notre affaire.

10 000 € pour s’en sortir

Patrice Cornet en est sûr : sans une campagne de financement participatif, « les cafés Sary disparaissent ».

Le samedi 4 mars, il a donc lancé une opération de crowdfunding sur la plateforme KissKissBankBank.

C’est son associé, Jean-Paul Charpin, qui en a eu l’idée :

J’avais entendu parler d’une biscuiterie en Bretagne qui a été sauvée grâce à ça. Je suis allé sur Ulule (autre site de financement participatif) où j’ai vu un cas relativement semblable au nôtre : celui d’une librairie à Draguignan. En cherchant, j’ai même découvert qu’un de nos fournisseurs de vaisselle avait levé des fonds pour sauver son commerce ».

Les exemples sont nombreux. À Saint-Nazaire pourtant, les cafés Sary sont les premiers à faire appel à une campagne de financement participatif. L’opération, sans précédent, est soutenue par la Chambre de métiers et de l’artisanat.

Patrice Cornet et Jean-Paul Charpin ont jusqu’au 3 avril pour lever au moins 10 000 €. C’est le seuil minimum que les associés se sont fixé.

Cette somme nous permettrait, d’une part, de remettre le torréfacteur en route puisqu’il n’est, pour l’instant, pas relié au réseau de gaz. D’autre part, nous pourrions nous offrir une enseigne digne de ce nom .

15 000 € et plus pour de nouveaux projets

Si la somme récoltée dépasse les 10 000 €, les entrepreneurs ont déjà d’autres idées : diversifier la gamme des produits en proposant des sucreries, créer un espace de dégustation ou encore se doter d’un site Internet de vente en ligne.

Cette levée de fonds n’en demeure pas moins essentielle, rappellent les associés.

Il ne nous manque pas grand-chose pour nous relever. Mais ce « pas grand-chose » est crucial. Sans lui, nous coulons.

Bénédicte Le Coz

Utile : Sauvons Cafés Sary sur : www.kisskissbankbank.com, Cafés Sary – 31 place des Martyrs à Saint-Nazaire, 09 54 33 37 14, boutique.sary@aliceadsl.fr

44600 Saint-Nazaire

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter