Saint-Nazaire Les archives se sont plongées dans 14-18

Les archives municipales avaient peu de documents sur la Grande guerre. Leur fonds s'est étoffé depuis la collecte nationale de 2014 avec les dons de Nazairiens.

16/03/2017 à 17:18 par cathyryo

Gaëlle Ouvrard et Armelle Gonzalez présentent une photo remise par une famille nazairienne. On y voit Édouard Dupas, grièvement blessé le 22 août 1914. Rapatrié le 13 juillet 1915, il retrouve son quartier de l'Immaculée. Il vivra pendant 30 ans avec une plaie suppurante à la hanche gauche, avant d'être soigné par un nouveau traitement à la pénicilline -
Gaëlle Ouvrard et Armelle Gonzalez présentent une photo remise par une famille nazairienne. On y voit Édouard Dupas, grièvement blessé le 22 août 1914. Rapatrié le 13 juillet 1915, il retrouve son quartier de l'Immaculée. Il vivra pendant 30 ans avec une plaie suppurante à la hanche gauche, avant d'être soigné par un nouveau traitement à la pénicilline -

Le centenaire de la Première guerre mondiale résonne particulièrement à Saint-Nazaire qui fut de 1917 à 1919 la principale base des troupes américaines. Un gros programme de rendez-vous et de festivités célébrera cet anniversaire (notre édition du vendredi 17 mars 2017).

Côté coulisses, les archives municipales ont participé en 2014 à la grande collecte nationale sur la guerre 14-18.

Ça tombait plutôt bien, nous n’avions presque rien à part des délibérations du conseil municipal. Les archives nazairiennes ont été pour la plupart détruites pendant la Seconde guerre mondiale ,

rappelle Gaëlle Ouvrad, responsable du service.

Témoignages précieux

Un appel a donc lancé aux Nazairiens pour collecter des documents d’époque.

Nous avons eu 40 dons. C’est beaucoup. 30 étaient déjà sous forme numérique, cinq étaient des originaux, cinq des copies

Photos, correspondances, cartes postales, carnets de récit, livrets militaires, « tous ces témoignages sont précieux ».

Des carnets de récits

Parmi les dons, des photographies du port prises au début du siècle et pendant la guerre par Louis-Marie Peneau, négociant en vin dont le commerce était implanté près des écluses, d’autres, envoyées du front par Marcel Hauton, fils de l’inventeur nazairien de la cire pour parquets, meubles en bois.

Des carnets de récit aussi sur la vie des poilus. Un a retenu l’attention des archivistes. C’est celui de Paul Couëdel. Il l’a écrit entre août et octobre 1914 pendant sa convalescence.

Le coiffeur nazairien raconte ses deux mois dans l’enfer du front, décrivant avec détails la vie quotidienne, les faits militaires et l’état d’esprit en ce début de conflit.

Frise et documents sur internet

Les dons répertoriés, les archives municipales ont procédé à un long travail de documentation pour chacun d’entre-deux à partir notamment des bases de données comme « Mémoire des hommes, Loire-Atlantique je me souviens », le grand mémorial, les archives départe-
mentales…

Des recherches fastidieuses qui ont permis de dresser quelques portraits de poilus Nazairiens et de les mettre en ligne sur le site internet de la Ville avec l’idée de partager hors les murs ces précieux trésors. On y retrouve aussi en intégralité le carnet de Paul Couëdel et une frise interactive, imagée et fort instructive.

Une expo, un livre

Et comme les archives ne sont pas riches en… archives, « on fait preuve d’imagination », sourit la responsable qui s’est rapprochée de l’école d’art.

À partir des documents et témoignages, les élèves vont travailler sur le débarquement américain de 1917. Une exposition « dessine moi un Sammy » sera à découvrir du 20 juin au 30 août à la médiathèque.

Les archives municipales contribuent aussi à l’écriture d’un ouvrage, Les Américains dans l’ouest, orchestré par la School yeard abroad de Rennes avec plusieurs services d’archives. Le livre doit être publié en septembre.

Cathy Ryo

44600 Saint-Nazaire

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter