Assérac Dunes de Pont-Mahé : un site à protéger

Nouveaux sentiers, création de mares, protection de la dune grise... Six mois après le début de chantier, fait le point sur les travaux.

05/05/2017 à 17:27 par melissa.dupin

Les sentiers ouverts au public sont exclusivement réservés aux piétons -
Les sentiers ouverts au public sont exclusivement réservés aux piétons

Nouveaux sentiers pédestres

Les nouveaux sentiers permettent de découvrir, au plus près, les richesses du site. Les dunes sont composées de milieux variés : boisements artificiels, dunes grises, landes à bruyères et prairies. « En octobre, les clôtures n’étaient pas posées. On pouvait marcher sur la mousse tortule. Ce ne sera plus possible, ce sera le privilège des moutons qui viendront bientôt paître. Ils vont permettre d’entretenir le sol en maintenant une pelouse relativement rase comme souhaitée sur la dune grise », fait remarquer l’animatrice Aurélie Chanu.

Il reste encore du grillage à poser mais le cheminement est balisé par des poteaux. Il reste aussi la pose de quelques panonceaux et de panneaux didactiques.

Bûcheronnage et pâturage

Les jeunes pins maritimes s’étaient développés depuis une quinzaine d’années en sous-bois et commençaient à coloniser toute la dune grise.

Pour maintenir la dune grise, milieu remarquable, il fallait dégager l’espace. Les pins recouvrent tout petit à petit, empêchant d’autres espèces de croître. C’est un des milieux les plus menacés à l’échelle européenne. Il est exceptionnel par sa diversité floristique mais aussi pour tout ce qui est grillons, sauterelles, et certaines espèces d’oiseaux qui nichent dans ces milieux ouverts, explique Philippe Delavalle.

Le choix a été fait par le Conservatoire, la commune et Cap Atlantique « de bûcheronner tout en gardant quelques bosquets pour l’intérêt paysager. Jusqu’en 2020, on repassera tous les deux ans pour arracher tous les petits semis de pins qui essaieraient de recoloniser la dune ».

Des moutons se chargeront de gérer tout ce qui est végétation arbustive, épines, ajoncs. Leur action est naturelle et économique.

Sous les pins, on trouve un milieu appelé lande composé essentiellement de pollinie, bruyères et d’ajoncs nains. Pour restaurer ces landes, 2 ha sur les 14 ha boisés, seront bûcheronnés l’hiver prochain (5 000 m² d’un côté et 1,5 ha de l’autre). Ils seront ouverts sous forme de clairières pour retrouver un espace bien éclairé par la lumière du soleil et où se développe à nouveau la bruyère. Très intéressant du point de vue de la biodiversité, « cet espace est un vrai bonheur pour les abeilles et les insectes sauvages car la bruyère est une plante extrêmement mellifère (1) », note Fabrice Durieux.

Création de dépressions humides

Neuf mares ont été créées. Elles feront l’objet d’un entretien et d’une surveillance pour qu’elles ne se referment pas. Trois espèces d’amphibiens pourraient revenir : le crapaud calamite et le pélodyte ponctué, mais aussi le triton palmé. « Les espèces ne sont jamais introduites. C’est le principe de la restauration de milieux. On crée les conditions favorables à ce que des espèces viennent », expose Philippe Delavalle.

Utile

L’inauguration officielle du site devrait avoir lieu pendant la 2e quinzaine de juin. Une troisième visite est prévue au mois de juillet.

(1) qui produit quantité de nectare et de pollen

Découverte de plants de vigne et d’une seconde croix

La croix va être rénovée
La croix va être rénovée
Une trentaine de plants de vigne ont été découverts lors des travaux engagés sur les dunes de Pont-Mahé. Le souhait de la commune est de garder et développer l’espèce pour que les gens sachent qu’il y avait autrefois de la vigne sur le site.
Les services municipaux ont cherché et mis au jour une croix qui était prise dans un taillis, sur le site. « Depuis que le milieu est ouvert, on la voit très bien de la route. Elle est située au niveau de la barrière qui sert uniquement aux services », indique René Perrais, adjoint aux travaux. Depuis le nouveau sentier, on peut observer une autre croix, visible aussi depuis la plage. Celle érigée par l’ancien propriétaire, Monsieur De Lestourbeillon, en mémoire de Joseph Trigodet. Ce jeune a été condamné à mort par le tribunal militaire de guerre allemand et exécuté pour cas de sabotage, sur la plage de Pont-Mahé, le 7 septembre 1940. Il avait malencontreusement mis hors d’état une ligne téléphonique de l’armée allemande, en enlevant un morceau de câble, avec un engin agricole. Lorsque la famille De LestourbeiIlon a vendu son terrain au Conservatoire du littoral, elle a fait stipuler dans l’acte de vente l’interdiction de détruire la croix.
44410 Assérac

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter