Saint-Nazaire Chantiers : Fincantieri signe avec Séoul pour 80M€

Nouvelle étape ce vendredi dans la vente des Chantiers. Fincantieri a signé ce vendredi avec le tribunal de Séoul l'acquisition des 66,66% d'actions de STX.

19/05/2017 à 11:21 par cathyryo

Après l'avis du CE jeudi, ce vendredi, Fincantieri a signé avec le tribunal de Séoul
Après l'avis du CE jeudi, ce vendredi, Fincantieri a signé avec le tribunal de Séoul

Au lendemain de l’avis consultatif du Comité d’entreprise (lire ci-dessous) sur le rachat des chantiers navals par Fincantieri, l’industriel italien a signé ce vendredi, avec le tribunal de Séoul, le fameux Share Purchase Agreement pour l’acquisition des 66,6% du capital de STX France.

Prix de la transaction : 79,5 M€.

Un pas essentiel, dans le processus de rachat lancé à l’automne, vient donc d’être franchi.

Reste l’ultime étape, le Closing actant définitivement  la vente.

Les négociations avec la France continuent

Parallèlement, Fincantieri continue de négocier avec l’Etat français pour finaliser le pacte d’actionnariat signé le 12 avril dernier.

Il prévoit que le constructeur naval italien prenne 48% des parts des chantiers français avec à ses côtés la Fundazione CR Trieste pour 6,6%.

L’Etat français garde ses 33,34% qu’il possède depuis 2008. DCNS (détenu à 62% par la France) entre au capital des Chantiers pour 12%.

Depuis le 12 avril l’Etat français a deux mois pour faire valoir son droit de préemption et donc pour nationaliser les Chantiers.

Ce n’était pas l’option du gouvernement précédent, cela n’est pas non plus celle de la présidence Macron.

Pas de feu vert du CE

Le pacte d’actionnaires est bordé de droits de veto.

Pas de quoi rassurer totalement les syndicats.

Jeudi 18 mai, le comité d’entreprise des Chantiers a rendu un avis consultatif comme le prévoit la procédure.

Aucun des syndicats n’a donné son aval. La CGT et FO ont voté cotre, la CFDT et la CFE-CGC  “ont pris acte”.

La CGT  reconnait que

l’outil industriel est bien protégé par l’accord Etat/Fincantieri

Mais

qu’en est-il des salariés, des garanties sociales que nous avons exigées du repreneur. Fincantieri n’a apporté aucune réponse à nos inquiétudes sur la main d’oeuvre, sur la construction à Saint-Nazaire des navires commandés ici.

Force ouvrière qui a bataillé pour une nationalisation, même temporaire des Chantiers, dénonce

l’absence de garantie pour la sous-traitance

et déplore

l’emploi sans cesse croissant de travailleurs détachés, pratique très développée chez Fincantieri

La CFDT et la CGC sont moins sévères estimant que le projet de Fincantieri est avant tout

un projet industriel plutôt que financier

mais mettent beaucoup de bémols dans ce rachat :

le pacte d’actionnaires sera postérieur à notre avis sans donc aucune garantie de son applicaton intégrale puisque le nouveau gouvernement pourrait dans les semaines à venir l’annuler ou l’amender. Nous rendrons un nouvel avis circonstancié lorsque le capital aura été redistribué et les accords, actuels ou futurs, transformés en pacte d’actionnaires.
44600 Saint-Nazaire

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter