Les favoris et les outsiders du Mondial

24 équipes en lice mais une seule soulèvera le trophée de ce 25e Mondial de handball le 29 janvier à Paris.

©DR
©DR

La formule du Championnat du monde

Elle se décomposera en 2 phases : une première phase de poules qui se déroulera entre le 11 et le 20 janvier. Les 4 groupes de six équipes donneront lieu à un mini-championnat au cours duquel chaque équipe affronte cinq adversaires.
Ensuite débutera la phase finale à élimination directe. Les équipes ayant fini aux 4 premières places de chaque groupe disputeront les huitièmes de finale. Elles seront placées dans un tableau final qui croisera les groupes et déterminera les affiches des tours suivants jusqu'en finale.

Les favoris de la compétition

La France, tenante du titre, a les faveurs des pronostics avec le Danemark, l’Allemagne,  la Croatie, l’Espagne et le Qatar…

La France : champions sortants, les Bleus coachés par Didier Dinart, désormais seul aux commandes, devront se délester d’une énorme pression pour réussir à conquérir l’or devant leur public, comme en 2001. Les finalistes des derniers JO présentent un groupe mixte formé de cadres expérimentés (Nikola Karabatic, Thierry Omeyer, Daniel Narcisse) et de pépites en devenir à l’image du grand espoir Nedim Remili.
Le Danemark : cette équipe, une des plus régulières sur la scène mondiale depuis une décennie, a enfin remporté aux JO le titre qu’on lui promettait, concrétisant son formidable potentiel. L’anomalie réparée, la confiance au zénith, la formation scandinave emmenée par l’immense Mikkel Hanssen sera assurément l’équipe à battre.
L’Espagne : attention équipe revancharde ! Grande absente des Jeux de Rio, le finaliste de l’Euro 2016 voudra rebondir en France et laver l’affront. Cette sélection compte dans ses rangs des joueurs majeurs déterminés à faire un gros résultat pour leur dernière sortie internationale.
L’Allemagne : sacrée championne d’Europe et médaillée de bronze aux JO en 2016, la jeune équipe allemande est un prétendant sérieux au podium et à la victoire finale. Elle s’appuiera sur son jeu rapide, sa fraîcheur et des ailiers d’exception pour confirmer son retour au premier plan.
La Croatie : avec leur nouvelle génération de joueurs très talentueux, incarnés par le pivot Ilija Brozovic, les Croates se positionnent comme une nation aussi redoutable qu’imprévisible. Vainqueurs des Bleus et des Danois en matches de poule aux Jeux, les médaillés de bronze de l’Euro 2016 auront à cœur d’effacer la désillusion contre la Pologne en quart de finale à Rio.
Le Qatar : finalistes surprises des Mondiaux 2015, les qataris avaient créé l’exploit en rivalisant avec le gotha européen devant leur public. Après le faux-pas au Brésil (défaite en quart de finale), les doubles champions d’Asie, portés par les Markovic et Capote, ont les moyens de poursuivre leur montée en puissance.

Les outsiders

Trois équipes pourraient s’inviter à la table des grands et venir troubler la hiérarchie. On pense d’abord à la Pologne, médaillée de bronze au Mondial 2015 et 4e du tournoi olympique, au jeu puissant et solide. A un degré moindre, la Russie. L’équipe est capable de surprendre avec des joueurs brillants à l’arrière. Enfin, la Slovénie est à surveiller pour ses jeunes joueurs prometteurs.

APEI-Actualités. Renaud Moncla

 

Crédit photo Logo Mondial 2017 : ©DR